Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Nicolas Vérin

Articles avec #amis tag

Death of Jean-Claude Risset

27 Novembre 2016 , Rédigé par Nicolas Vérin Publié dans #Interleaved tracks, #Interprétation, #Jean-Claude Risset, #Amis

(Jean-Claude Risset, Nicolas Vérin, John Chowning - photo credit : Dominique Méheut-Ferron)

 

I learned with great sadness the death of Jean-Claude Risset, whom I considered a friend.

His considerable contribution to music history as a computer music pioneer may have obscured his work as a composer, but it did not make him inaccessible. On the contrary, he was, in this sometimes harsh environment of contemporary music, the most modest person, open and attentive to others, and with a great sense of sharing, unparalleled generosity and always curious of new discoveries.

I was lucky enough to share with him or live thanks to him several strong moments.

After hearing him being praised by  Emile Leipp in his Musical Acoustics course, I saw Jean-Claude Risset for the first time the following summer, in 1976, during an IRCAM/Pantin course I took in the medieval village of Cordes sur Ciel. For two memorable days, he gave an introduction to computer music, together with John Chowning. 

We then met several times. He responded very generously to my request for help in 1992 when I started my work for piano and Disklavier Solid Noid at the Center for New Music and Audio Technology at UC Berkeley, giving me advice and Max patches, after the work he did for his Duo pour un pianiste.


Another memorable moment the same year was during a symposium on the representation of sound and music in Stanford. When sitting down for lunch, talking with him and David Wessel, I find myself at a table of seven, with John Chowning, Max Mathews, Dick Moore, and Gordon Getty. The latter, billionaire, son of the famous Paul Getty, is a composer. He was also the main sponsor of this symposium and Jean-Claude and I were stunned to see the Americans, all of them computer music pioneers in charge for centers for which they were constantly searching for funds, care with the billionaire, whose rather insignificant work we had just heard. Without contempt for anyone, but observing the paradox that we were spared in Europe from these feudal servitudes thanks to public funding.

A few years later, I had the pleasure of welcoming Jean-Claude to Chalon sur Saône, where I had invited him for two days of master classes and a concert of his works performed by the students of the Conservatoire. It was there that we got to know each other better and developed a friendship.

The following year, I organized a concert of his Dialogues, for four instruments and computer generated tape, with professors of that Conservatoire, which I conducted. It was a rare experience of conducting for me, that gave me great pleasure; I think I can say that we gave a at least decent performance, that Jean-Claude said he appreciated, after listening to the recording I sent him.

Thereafter we met several times, notably in 2005 where we were both programmed in a concert of the GRM at Radio-France. I gave my Interleaved Tracks written for Louis Sclavis, Jean-Claude his Nature contre nature, and there was also a new piece by John Chowning.

The last time we met was at a conference on François-Bernard Mâche a year ago. His presentation was particularly engaging, revealing a closeness with the latter that I did not know.

As a composer, he found an original path. His sound discoveries with computer synthesis were always implemented at the service of the musical project, and not as mere effects, with a poetry that was not found elsewhere. His attention to timbre, psychoacoustics, allowed him to quickly reach beyond the initial proposition of computer music, bowed on traditional concepts of note, parameters, which made it musically simplistic with regards to some of the achievements of electroacoustic music.

One can of course regret that Boulez, after having appointed him responsible for computer music at the foundation of IRCAM, dryly disbanded the whole initial team. No doubts Jean-Claude suffered greatly from this in many ways. But there is no doubt it is not a coincidence, inasmuch as, despite a sometimes systematic use of serial writing, Jean-Claude had integrated the electroacoustic experience from inside, as evidenced by works Like Sud, Elementa or building original bridges between electronics and instrumental or vocal writing, as in Inharmonique or Invisible.

I miss him very much and I am very grateful to him for all that he brought us, scientifically, musically, artistically and humanly.
Lire la suite

Mort de Jean-Claude Risset

25 Novembre 2016 , Rédigé par Nicolas Vérin Publié dans #Amis, #Interprétation, #Jean-Claude Risset, #Interleaved tracks

(Jean-Claude Risset, Nicolas Vérin, John Chowning. Photo : Dominique Méheut-Ferron)

 

J’apprends avec grande tristesse la mort de Jean-Claude Risset, que je considérais comme un ami.

Son apport considérable à l’histoire de la musique comme pionnier de l’informatique musicale a pu occulter quelque peu son oeuvre de compositeur mais ne le rendait aucunement inaccessible. Au contraire, c’était, dans ce milieu parfois dur de la musique contemporaine, la personne la plus modeste, la plus ouverte et la plus attentive aux autres, avec un grand sens du partage, une générosité hors pair, et une curiosité toujours extrêmement vive.

J’ai eu la chance de partager avec lui ou de vivre grâce à lui plusieurs moments forts.

Après avoir entendu Emile Leipp faire ses louanges dans son cours d’Acoustique Musicale je l’ai vu l’été 76, où il avait présenté avec John Chowning durant deux journées mémorables l’informatique musicale, dans un stage IRCAM/Pantin que j’avais suivi dans le village médiéval de Cordes sur Ciel.

Nous nous sommes ensuite croisés à plusieurs reprises. Il a répondu très généreusement à ma demande d’aide en 1992 lorsque j’ai entrepris au Center for New Music and Audio Technology de Berkeley mon oeuvre pour piano et Disklavier - Solid Noid, en me prodiguant conseils et patches Max, suite à son travail pour son Duo pour un pianiste.

Autre moment mémorable la même année dans un colloque sur la représentation du son et de la musique à Stanford. Au moment de se mettre à table, discutant avec lui et David Wessel, je me retrouve à une table de sept, avec John Chowning, Max Mathews, Dick Moore, et Gordon Getty. Ce dernier, milliardaire, fils du fameux Paul Getty, est compositeur à ses heures. Il était aussi le principal sponsor de ce colloque et Jean-Claude et moi étions médusés de voir les américains, tous des pionniers de l’informatique musicale et responsables de centres pour lesquels ils étaient constamment en recherche de fonds, aux petits soins avec le milliardaire, dont on venait d’entendre une oeuvre insignifiante. Sans mépris pour personne, mais en observant ce paradoxe que nous étions épargnés en Europe grâce aux financements publics de ces servitudes féodales.

Quelques années plus tard, j’ai eu le plaisir de le recevoir à Chalon sur Saône, où je l’avais invité pour deux journées de master-classes et un concert de ses oeuvres jouées par les étudiants du Conservatoire. C’est là que nous avions pu mieux nous connaître et lier amitié.

L’année suivante, j’ai monté ses Dialogues, pour quatre instruments et bande, avec des professeurs du conservatoire, que j’ai dirigé en concert. C'était pour moi une rare expérience de direction, et qui m’a donné beaucoup de plaisir ; je crois pouvoir affirmer qu’elle a donné une interprétation dont il n'y a pas à rougir, et que Jean-Claude m'a dit apprécier à l'écoute de l’enregistrement que je lui avais transmit.

Par la suite nous nous sommes revus à plusieurs reprises, notamment en 2005 où nous étions tous les deux programmés dans un concert de créations du GRM à Radio-France, moi avec Interleaved Tracks écrit pour Louis Sclavis, lui avec Nature contre nature, et aussi une création de John Chowning.

La dernière fois que nous nous sommes vus, c’était lors d’un colloque sur François-Bernard Mâche il y a un an. Sa présentation a été particulièrement prenante, révélant une proximité avec ce dernier que j’ignorais.

En tant que compositeur, il a su trouver une voie originale. Ses découvertes sonores avec la synthèse par ordinateur étaient toujours mise en oeuvre au service du projet musical, et non comme simples effets, avec une poésie que l’on ne trouvait pas ailleurs. Son attention au timbre, à la psychoacoustique, lui ont permit d’aller très rapidement au-delà de ce que proposait au départ la synthèse par ordinateur, arc-boutée sur les concepts traditionnels de note, de paramètres, qui la rendait musicalement très en deça des réalisations de la musique électroacoustique.

On peut bien sûr regretter que Boulez, après l’avoir nommé responsable de l’informatique musicale à la fondation de l'IRCAM, ait remercié sèchement toute l'équipe initiale, ce dont Jean-Claude a sans doute beaucoup souffert à tous points de vues. Mais cela n’est sans doute pas non plus un hasard, dans la mesure où, malgré un usage parfois un peu systématique de l’écriture sérielle, Jean-Claude avait intégré l’expérience électroacoustique de l’intérieur, comme en témoignent des oeuvres comme Sud, Elementa ou en faisant des ponts originaux entre électronique et écriture instrumentale ou vocale, comme dans Inharmonique ou Invisible...

Il me manque beaucoup et je lui suis très reconnaissant pour tout ce qu'il nous a apporté, scientifiquement, musicalement, artistiquement et humainement.
Lire la suite

Décès du grand acteur Jean Dautremay

21 Octobre 2014 , Rédigé par Nicolas Vérin Publié dans #Amis, #Jean Dautremay, #Radio, #Rhapsodie Parisienne

Décès du grand acteur Jean Dautremay

Le grand acteur Jean Dautremay est décédé il y a huit jours.

Je garde un immense regret de n'avoir pas mené à bien avec lui mon spectacle "La lueur et la fumée".

Nous avions entamé une collaboration fructueuse, qui a donné lieu à une première version, bien aboutie dans sa forme radiophonique, réalisée en 1990 dans les studios du GRM pour France-Musique :

Rhapsodie Parisienne (extrait disponible ici).

Jean Dautremay n'a pas pu continuer sur mon projet, étant nommé sociétaire à la Comédie Française, les engagements extérieurs étant extrêmement limités. Cela a malheureusement fortement pénalisé mon spectacle, qui s'est monté dans des conditions difficiles. Jean Dautremay devait en être le récitant mais aussi le metteur en scène, domaine où il excellait également.

J'avais eu la chance de le rencontrer grâce à Martine Viard, avec qui j'ai travaillé sur la Hugo Symphonie comme collaborateur de Pierre Henry. Nous avions développé une amitié qui s'est hélas effilochée au cours du temps. J'avais une immense admiration pour lui, que j'ai pu voir sur scène à plusieurs reprises, toujours très sensible et d'une grande profondeur.

Lire la suite

Disparition de David Wessel

15 Octobre 2014 , Rédigé par Nicolas Vérin Publié dans #Berkeley, #David Wessel, #Amis, #Improvisation, #USA

Disparition de David Wessel

Grande tristesse d'apprendre la mort de David Wessel.

David était une personne extraordinaire, un grand ami avec qui nous avions passé de très bons moments ; c'était un musicien qui avait une ouverture fantastique lui permettant d'établir des liens avec de très nombreux musiciens avec qui il a joué.. nous avons improvisé à plusieurs reprises, avec Cécile Daroux, avec Louis Sclavis, avec Steve Coleman... Il était aussi un chercheur infatigable, passionné par de nombreux sujets, de la psycho-acoustique au geste instrumental, en passant par la programmation informatique, la synthèse sonore, l'interactivité, etc.

Je lui dois beaucoup et me souviens avec émotion de ces moments passés ensemble, de ces concerts, et aussi des repas et dégustations de vins, autres passions partagées.

(photo ci-dessus en septembre 2013 au CNMAT, Berkeley)

Lire la suite

Concert en hommage à Cécile Daroux - dimanche 19 janvier 2014 à 16h à l'Église St-Merri

9 Janvier 2014 , Rédigé par Nicolas Vérin Publié dans #Amis, #Concert, #Cécile Daroux, #Ensemble Cécile, #Improvisation, #Louis Sclavis, #Paris

Concert en hommage à Cécile Daroux - dimanche 19 janvier 2014 à 16h à l'Église St-Merri

Dimanche 19 janvier 2014 à 16h

en l’église Saint-Merri à Paris,

compositeurs et interprètes offrent

un concert-hommage

à la mémoire de leur amie,

la flûtiste Cécile Daroux.

Cécile avait une prédilection pour la

création musicale sous toutes ses formes.

Ce concert lui en offrira trois in memoriam :

celles des compositeurs

Frédéric Kahn,

Gérard Siracusa et

Nicolas Vérin

ainsi que des oeuvres choisies et interprétées

par ses ami(e)s et des improvisations pour elle.

_________________________________

Rejoignez-nous dimanche 19 janvier à 16 heures en l'église Saint-Merri à Paris.

Avec la participation de
Anne Cartel, Christophe Chassol, Sophie Dufeutrelle,
Pascal Gresset, Garth Knox, Florian Lauridon, Joëlle Léandre,
Anne Mercier,Pascale Roger, Roula Safar, Louis Sclavis,
Gérard Siracusa, Fuminori Tanada, Ninon Valder et
Nicolas Vérin
et des oeuvres de Jean-Louis Agobet, Jose-Manuel Lopez-Lopez,
Marc Kowalczyk, Marco Stroppa.
Participation aux frais libre.
----------------------------------------------------------------------------
accès à l’église Saint-Merri

Entrées 76, rue de la Verrerie ou 78, rue Saint Martin.

Les stations de métro les plus proches sont :
  • Hôtel de ville - prendre la sortie Rue du Renard
  • Châtelet - prendre la sortie Place Saint Opportune
Lire la suite

Disparition de János Négyesy

21 Décembre 2013 , Rédigé par Nicolas Vérin Publié dans #János Négyesy, #Amis, #Cercles de Feu, #Solo Violin Piece, #Chassés Croisés, #USA, #UCSD, #San Diego, #Fulbright

Disparition de János Négyesy

Choc et tristesse se mêlent : János Négyesy est mort hier de complications suite à une opération cardiaque.

Je suis consterné de perdre ce très cher ami, qui a partagé avec tous son immense talent, sa joie de vivre, son engagement et son enthousiasme pour la musique, pour l'art, pour toutes les bonnes choses de la vie qu'il a vécu si pleinement.

Grâce à lui j'ai écrit en 1981 ma première composition instrumentale lorsque, étudiant tout juste arrivé à l'Université de Californie à San Diego (lui-même n'y avait été engagé que depuis un an), il m'a proposé de lui écrire une composition pour violon solo.

Grâce à lui deux de mes compositions ont été publiées sur CD sur des labels américains (en 1995 et en 1998), et ma musique jouée à travers le monde (Solo Violin Piece a été jouée par lui dans plus de 30 concerts, master-classes, etc.).

Grâce à lui j'ai été invité cette automne à UCSD ce qui m'a permis de solliciter la bourse Fulbright et a donné lieu à une nouvelle composition que je lui ai dédiée : Cercles de Feu.

Comment pouvais-je penser que la création de cette oeuvre, il y a à peine deux semaines, serait son dernier concert ?

Ce grand violoniste, magnifique artiste, personne extraordinaire et proche ami va me manquer énormément. Je n'oublierais jamais les moments passés ensemble et il sera toujours présent dans mes pensées.

Disparition de János Négyesy
Lire la suite

Disparition de Richard Zvonar

6 Août 2005 , Rédigé par Nicolas Vérin Publié dans #Amis, #Richard Zvonar, #UCSD, #USA

Disparition de Richard Zvonar

Triste nouvelle de la disparition de Richard Zvonar.

C'était un grand ami, un excellent compositeur, musicien informaticien, avec un savoir extraordinaire dans plein de domaines.

Un de mes meilleurs amis de UCSD, nous avions fait plusieurs voyages dans la Bay Area, et j'ai rencontré beaucoup de gens grâce à lui.

J'aime beaucoup sa pièce pour percussion et bande "3 for 5" et son spectacle multi-média "Soul Murder", dans lequel j'avais eu le plaisir de participer.

Il me manquera beaucoup.

Disparition de Richard Zvonar
Lire la suite

Concert Nicolas Vérin à la Ferme du Bois Briard, Courcouronnes

12 Mars 2004 , Rédigé par Nicolas Vérin Publié dans #Amis, #Concert, #Cécile Daroux, #Chassés Croisés, #Evry, #Solo Violin Piece

Concert Nicolas Vérin à la Ferme du Bois Briard, Courcouronnes

Chassés-croisés

Concert d'oeuvres solos et duos de

Nicolas Vérin

Mercredi 24 mars 2004 à 20h30

​Ferme du Bois Briard à Courcouronnes

dans le cadre du festival "Les Friches Musicales" de l'Université d'Evry

et en co-production avec l'ENMD d'Evry-Centre Essonne

entrée libre

programme :

Chassé-croisé II - Sona Khochafian, violon et Viviana Amodeo, piano

Espejito - Stéphane Goyeau, hautbois

Chassé-croisé Ic - Anne Arrignon , clarinette (et cor de basset) et

Nathalie Vandebeulque, alto

Petites variations pour piano - Viviana Amodeo, piano

Solo violin piece I - Fabien Roussel, violon

Thyrcis - Cécile Daroux, flûte

Chassé-croisé III - Sona Khochafian, Fabien Roussel, violons

Pour venir, c'est très facile :

1- un autocar spécial partira à 19h de Denfert-Rochereau (angle Bd St Jacques, près du RER), pour la Ferme du Bois Briard (et retour après le concert), pour la somme de 10 Euros par personne

réservation indispensable (envoyer 10 Euros à D. Méheut-Ferron, 47 rue Michelet, 93170 Bagnolet ou confirmer àd.mf@tiscali.fr ou 01 48 97 39 47)

2- ou prendre le RER D et descendre à Evry-Courcouronnes, puis un autocar spécial, qui partira à 20h de la sortie principale de la gare (cour des autobus) - ou prendre le bus 403 (dir. Imprimerie Nationale) et descendre à l'arrêt "Bois Briard" (4e arrêt)

3- ou en voiture (30 à 50' suivant le trafic) : autoroute A6 (23km) jusqu'à la sortie vers la N104 dir. Courcouronnes, puis prendre la sortie 36 (dir Courcouronnes), passer un rond-point puis 1,5km plus loin tourner à Gauche dans l'Avenue du Lac, puis immédiatement à Gauche devant l'hôtel Ibis dans la rue du bois Briard. La Ferme du bois Briard est 300m plus loin sur la gauche. Rentrer et se garer dans la cour.

Concert Nicolas Vérin à la Ferme du Bois Briard, Courcouronnes
Concert Nicolas Vérin à la Ferme du Bois Briard, Courcouronnes
Lire la suite

Réception de François-Bernard Mâche à l'Académie des Beux-Arts

3 Mars 2004 , Rédigé par Nicolas Vérin Publié dans #Amis, #Paris

Réception de François-Bernard Mâche à l'Académie des Beux-Arts

J'ai eu la chance d'assister aujourd'hui à un bel événement :

la cérémonie de réception de François-Bernard Mâche à l'Académie des Beaux-Arts.

Son discours d'éloge de Iannis Xenakis était tout simplement magnifique, et j'ai beaucoup aimé la façon dont il a tenu à faire passer la dimension humaine et concrète de ce compositeur souvent considéré comme faisant passer l'abstraction avant tout.

Ce discours peut-être consulté ici.

Lire la suite
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...